>
<

Restez à l'affût de nos actualités!

Votre demande a bien été envoyée.
Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

\ Nos membres résidents

La Cenne est habitée par une dizaine d’artistes et d’organismes culturels qui partagent et échangent leurs expertises et leurs inspirations au quotidien. Les membres évoluent dans une ambiance chaleureuse et décontractée et font de La Cenne un endroit des plus stimulant.

Voici un aperçu de nos membres résidents :

Elyzabeth Burrowes
Violoncelliste
Alain Chevarier
Vidéaste et bédéiste
Nathalie Derome
Des mots d'la dynamite
Guillaume Duval
La Cenne
Amélie Fortin
Pianiste
Stéphanie Lang
Compositrice
Alexandre Leblanc
Vidéaste et monteur
Sophie Lecathelinais
ACT
Luca Pergolini
Lp art design
Pierre Potvin
Lutherie d'art mécanique
Elena Radeva
Skylar press
Joanie Roy
La Cenne
Geneviève Simard
Des mots d'la dynamite

Elyzabeth Burrowes, dans son atelier, joue du violoncelle et se pratique pour ses concerts. Elle enseigne la musique et s’intéresse aussi au champ des arts visuels.

« Le violoncelle, c’est plus un coup de chance parce que chez moi, les autres enfants avaient déjà choisi le violon, le piano, l’alto, puis disons que pour compléter, il restait le violoncelle à essayer, puis moi j’étais la dernière, donc j’ai essayé ça ! Mais j’étais vraiment petite et c’était plus un jeu. C’est plus tard que j’ai pu apprécier davantage mon instrument. »

Alain Chevarier est un artiste multidisciplinaire qui est entre autres réalisateur, bédéiste et peintre. Il travaille présentement sur des capsules vidéo pour la SODEP.

Nous lui avons demandé ce qui l’inspire et voici ce qu’il nous a répondu : « Les traumatismes. Parce que les restes des traumas resurgissent spontanément, ils font partie de nous, mais ne viennent pas de la naissance. Ils sont nous et autres à la fois. »

Vous pouvez voir ses réalisations pour la SODEP ici.

Nathalie Derome de la compagnie Des mots d’la dynamite, est directrice artistique et générale, mais brille aussi sur scène en tant que créatrice.

« Je ne pense pas que la créativité ait de recette. C’est l’espace dans le cerveau où on oublie qui on est et où tout est possible ! Mais un des ingrédients de la créativité serait l’insouciance et l’attachement à l’humanité. Je crois naïvement que l’art change les gens en les rendant plus humains et améliore la qualité de vie. »

Pour en savoir plus sur Nathalie et sur Des mots d’la dynamite, vous pouvez consulter les liens suivant :

Des mots d’la dynamite
Facebook

Guillaume Duval est adjoint à la direction. Ce bout en train est également co-directeur artistique de Comptoir public, une compagnie de création en art vivant, en plus de faire aussi de la mise en scène, de la production et de la médiation culturelle.

« La beauté en général m’inspire, que ce soit la nature ou des gestes que les gens posent l’un envers l’autre. Ça donne une bonne énergie, ça fait rêvasser, ça ouvre sur autre chose… Et ça s’incarne dans plein de petits détails de tous les jours. L’art c’est essayer d’extraire de la beauté de différentes situations, même des choses plus laides ou plus difficiles, d’en extraire de la poésie, donc une certaine forme de beauté. L’art c’est aussi une forme de communication entre les gens qui permet de créer des liens au niveau sensible et émotif. Ça donne un sens peut-être un peu plus profond à notre existence.

À La Cenne, je suis comme un lien de transmission entre les artistes et le lieu qu’on offre pour que les artistes puissent faire leur travail dans les meilleures conditions possibles. Je suis un maillon de la chaîne entre l’idée et la réalisation d’un projet artistique ! »

Pour les curieux, voici le site web de Comptoir public.

Amélie Fortin est pianiste et photographe. Elle enseigne le piano à une vingtaine d’élèves, fait partie du Duo Fortin-Poirier depuis maintenant 13 ans et est également musicienne pour Pierre Lapointe.

« Ce qui m’inspire ce sont les gens avec qui je travaille. J’aime ça partager mes idées avec mes collègues, pas juste dans ce que je fais mais aussi par rapport aux autres formes d’art, je trouve ça super intéressant ! Je vais souvent au musée, j’écoute des documentaires sur d’autres artistes et l’art visuel m’intéresse aussi beaucoup. Ici à La Cenne j’ai l’impression d’aller au travail et d’avoir des collègues de bureau… Ce que je n’ai jamais eu dans ma vie de travailleure autonome. C’est merveilleux !

Je trouve que l’art rend la société meilleure. C’est important de valoriser ce qu’on fait, il y a tellement de créativité au Québec et tellement de talent ! C’est essentiel de faire rayonner ça autant ici qu’à l’étranger puis malheureusement, notre gouvernement n’est pas toujours de notre bord à ce niveau là, mais je trouve qu’il devrait vraiment y avoir plus d’éducation pour les enfants et surtout pas couper l’art dans les écoles, parce que c’est ce qui fait que les gens ont une sensibilité et une ouverture sur le monde. »

On vous invite à suivre Amélie sur Instagram pour voir ses photographies et ses actualités.

Stéphanie Lang est artiste et travaille aussi dans le domaine de la santé. Son espace à La Cenne lui permet de dédier du temps à l’art. Côté artistique, elle fait notamment de la création musicale, de la scénarisation et de la poésie. Lorsque sa petite cocotte l’accompagne, elle remplie La Cenne de joie !

« Faire de l’art, c’est passer le monde et les pensées qui nous entourent dans notre petit collimateur pour en faire sortir quelque chose d’intrigant, sonore ou lumineux, qui fera peut-être léviter le cerveau autour de nouveaux centres de gravité. »

Alexandre Leblanc fait de la réalisation, du montage, de la scénarisation et de la prise de son. Les récents projets cinématographiques sur lesquels il a travaillé sont Prank (2016) de Vincent Biron et Jeune Juliette (2019) d’Anne Émond.

« J’aime beaucoup amener un côté comique, le côté absurde de la vie et faire rire les gens avec mes films. Une autre chose qui m’intéresse c’est d’explorer, d’expérimenter. C’est comme une science : tu fais des expériences et tu regardes ce qui marche, ce qui marche pas. C’est aussi important de comprendre la musique parce que le montage, c’est le rythme ! »

On vous invite à suivre sa chaîne Vimeo.

 

Sophie Lecathelinais travaille comme coordinatrice générale de l’ACT (Association des Compagnies de théâtre). À titre de gestionnaire culturelle, elle se qualifie comme : « un maillon nécessaire pour que les autres puissent accéder à la création. Je ne fais pas partie des créateurs, mais de tout un ensemble qui contribue à la naissance de l’œuvre. »

« L’art est important parce que c’est une nécessité dans le sens littéral du terme « ne peut pas ne pas être ». Tout est création dans la vie, c’est une évidence, l’art est partout. Donc tant qu’à faire, autant participer à l’amorcer, la développer et la transmettre. Pour cela, il faut qu’il y ait des fois des professionnels comme moi pour le faire. »

Pour plus d’informations sur l’ACT, consultez leur site web.

Luca Pergolini fait de l’art design. Ayant œuvré pendant 15 ans dans le milieu de la photographie, de la mode et du cinéma, il travaille aujourd’hui principalement avec la résine.

« L’art c’est l’expression de l’être. C’est quelque chose qui vient de l’intérieur et qui se mélange avec l’extérieur. J’aime mélanger la réalité et la fantaisie. Ma passion c’est d’imaginer des œuvres ou des choses et pouvoir les réaliser ensuite à l’aide de mes capacités techniques… Et ça, pour moi, c’est la poésie. »

On vous invite à suivre sa page LP Art Design.

Cofondateur de La Cenne, Pierre est un passionné de musique et est également comédien. Lorsqu’il est dans son atelier à La Cenne, il travaille sur des boîtes à musique qu’il bâtit lui-même de A à Z.

Il nous dévoile la recette gagnante d’un espace convivial comme celui de La Cenne : « Quand on construit quelque chose en groupe, ce qu’il faut d’abord réunir, c’est les mêmes désirs. Si tout le monde a les mêmes désirs et aussi la même attitude par rapport aux projets, et donc à la vie, ça fonctionne ! »

Elena Radeva est illustratrice et graphiste utilisant la technique du letterpress.

« J’aime à croire que la perfection se situe dans les détails. Mes voyages me permettent d’observer le quotidien avec un œil nouveau et de retranscrire tout ceci de manière graphique, par le biais du dessin. Les espaces, le mobilier urbain, les détails de construction deviennent alors des formes géométriques qui s’agencent avec harmonie sur le papier. L’impression letterpress (impression par embossage sur le papier) vient ajouter une expérience sensorielle aux dessins afin de stimuler les sens. »

Vous pouvez suivre le travail d’Elena sur Facebook.

Joanie Roy est directrice générale de La Cenne depuis 2014. Elle a évolué dans le milieu théâtral avec sa compagnie Mille chevaux-vapeur et a découvert La Cenne en travaillant d’abord pour l’Association québécoise des marionnettistes, membre locataire à l’époque, puis pour La Cenne.

« La première fois que j’ai mis les pieds à La Cenne, je suis tout de suite tombée en amour avec le lieu. Il y avait une ambiance chaleureuse, quelque chose qui m’a séduite ! Depuis 5 ans maintenant à la barre de La Cenne, je peux dire qu’on en a fait du chemin ! Si on s’est beaucoup développé dans notre offre de services, notre communauté d’artistes reste forte, solidaire, et on se sent toujours comme une grande famille choisie. C’est ce qui est le plus précieux pour moi. »

Geneviève Simard est scénariste et travailleuse culturelle chez Des mots d’la dynamite. Son dernier film, Sashinka, est paru à l’automne 2018.

« J’aime des arts, en particulier de la littérature et du cinéma, qu’ils m’enseignent à plus de profondeur et d’humilité. Lorsqu’on accompagne pendant 300 pages des personnages complexes, il devient difficile de tourner notre regard vers le monde (et vers nous-mêmes !) et de penser que les choses sont simples et s’expliquent facilement. Les mille et une nuances du comportement humain me fascinent au plus haut point ! J’essaie de toujours garder cela à l’esprit lorsque je crée des personnages. »

Design par Laurent Pinabel / Programmation par Physalis Design