>
<

Restez à l'affût de nos actualités!

Votre demande a bien été envoyée.
Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

\ Nos membres résidents

La Cenne est habitée par une dizaine d’artistes et d’organismes culturels qui partagent et échangent leurs expertises et leurs inspirations au quotidien. Les membres évoluent dans une ambiance chaleureuse et décontractée et font de La Cenne un endroit des plus stimulant.

Voici un aperçu de nos membres résidents :

Andréanne O’Bomsawin
Stratège et gestionnaire de réseaux sociaux
Alix Galdin
Coordonatrice générale
Mireille Mayrand-Fiset
Scénariste
Alexandre Ayotte
Fondateur de Cyberlude
Elyzabeth Burrowes
Violoncelliste
Nathalie Dabin
Dessinatrice et sculptrice
Anthony Buckley
Scénariste et concepteur sonore
Camille Poirier
Réalisatrice et scénariste
Mathieu Riendeau
Cofondateur de La Cenne
Alain Chevarier
Vidéaste et bédéiste
Nathalie Derome
Des mots d'la dynamite
Abeille Tard
Scénariste
Amélie Fortin
Pianiste
Stéphanie Lang
Compositrice
Alexandre Leblanc
Vidéaste et monteur
Sophie Lecathelinais
ACT
Pierre Potvin
Lutherie d'art mécanique
Elena Radeva
Skylar press
Geneviève Simard
Des mots d'la dynamite

Andréanne O’Bomsawin est stratège et gestionnaire de réseaux sociaux à la pige. Elle travaille avec une clientèle variée, tant dans le milieu corporatif que dans le domaine culturel: La balado de Fred Savard, Y’a du monde à messe et Deux hommes en or. Parfois, et elle pèse bien le mot parfois, elle prend le temps d’écrire sur son blogue Rue St-Vallier.

 

« Le travail de gestion de communautés me pousse à créer des contenus et bavarder avec des personnes qui sont assises derrière un écran. Travailler à La Cenne me permet de sortir du confort de mon salon et de côtoyer des humains dans le monde réel. En bonus, ce sont tous des humains qui, de par leur passion et leur créativité, donnent envie de se lancer dans des projets qui, avec les années, s’étaient bien enfouis au fond de moi. »

 

Pour plus de renseignements sur ses services, visitez son site web. Pour la suivre dans son quotidien, abonnez-vous à son Instagram.

 

 

Alix est artiste visuelle et coordonnatrice générale de La Cenne.

Avant de lui confier ce poste, La Cenne a exposé ses œuvres en 2018 lors du lancement de la Galerie Perchée avec l’exposition « Regards croisés sur l’intime », puis lui a offert le poste d’adjointe de direction durant 1 an.

«  Dans mon processus créatif, je cherche à créer un espace de rencontre entre les idées et la matière. Inspirée par l’art expérimental, je considère le contact direct avec la matière nécessaire à la création. La question de l’impact écologique de la production artistique est centrale dans mon travail ainsi que celle de l’art comme artisanat et comme ouvrage.  »

«  Travailler à La Cenne est une belle façon, pour moi, d’être en contact quotidien avec des créatrices.teurs inspirant.e.s. J’ai d’ailleurs réalisé mon premier court-métrage sur le travail de Pierre Potvin, l’un des fondateurs de La Cenne.  »

 

 

Mireille est scénariste pour la télévision et le Web. 

Après avoir écrit pendant quelques années pour le théâtre, elle s’initie à la scénarisation qui lui permet de découvrir un style d’écriture flexible, auquel elle s’est identifiée très rapidement. Présentement, Mireille est co-créatrice et auteure principale pour une quotidienne jeunesse diffusée prochainement à Radio-Canada, et travaille également à développer de nombreux autres projets avec des collègues scénaristes, producteurs et réalisateurs. 

« Lorsque j’ai découvert la scénarisation, j’ai tout de suite été conquise par le côté très artisanal de ce type d’écriture. Un scénario, c’est vraiment comme des morceaux qu’on assemble. J’aime aussi la sensation que mes scénarios sont des objets partagés. Certes c’est ma parole, mais au final, mes textes sont des outils qui servent à une équipe au complet ; réalisatrices, actrices, conceptrices, techniciennes, etc. J’adore ce côté pragmatique, collaboratif de mon travail en télé. Je trouve que d’une part, ça brise le sacré du texte de façon libératrice et que d’autre part, ça lui donne une puissance inégalée. »

Également chanteuse, Mireille crée de la musique sous le nom d’Augustine, et vous pouvez l’entendre ici.

 

Avec Cyberlude, Alexandre a développé une compagnie qui se spécialise dans la diffusion de logiciels éducatifs, tels que ceux présentés ce soir. Plus récemment, il a conçu des systèmes informatiques d’avant-garde pour améliorer notre système de santé. Ses toutes dernières recherches portent sur la compréhension de l’univers par l’observation des chats domestiques.

Elyzabeth Burrowes, dans son atelier, joue du violoncelle et se pratique pour ses concerts. Elle enseigne la musique et s’intéresse aussi au champ des arts visuels.

« Le violoncelle, c’est plus un coup de chance parce que chez moi, les autres enfants avaient déjà choisi le violon, le piano, l’alto, puis disons que pour compléter, il restait le violoncelle à essayer, puis moi j’étais la dernière, donc j’ai essayé ça ! Mais j’étais vraiment petite et c’était plus un jeu. C’est plus tard que j’ai pu apprécier davantage mon instrument. »

En plus de ses lunettes de scientifique en mécanique, Nathalie porte le chapeau de dessinatrice et les souliers de sculptrice. Elle a une étonnante expertise en cirques miniatures de carton et fabrique également des lampes japonaises en papier Washi, comme celle installée à l’entrée. En passant, si vous avez des questions sur la BD, n’hésitez pas à lui demander, elle est une encyclopédie vivante !

Anthony travaille en ce moment à la création d’un film marionnettique post-apocalyptique. Lorsqu’il laisse les zombies de côté, il joue de la guitare, de la basse et compose de la musique électronique. En plus de sa passion pour le cinéma et la musique, il s’extasie devant la beauté des écureuils. Anthony est reconnu pour faire rayonner l’humour noir dans ses œuvres et son talent pour la confection de Bloody Mary lui a valu de nombreux éloges à l’échelle locale.

Assise à son bureau, Camille écrit des courts métrages en voguant de la fiction aux documentaires, en passant par les mers expérimentales du Nord. Elle vient d’ailleurs tout juste de terminer un projet au Festival du DocuMenteur de l’Abitibi-Témiscamingue d’où elle est originaire. Camille est d’une curiosité maladive, elle aime toucher à tout dont la photo, les arts visuels, l’ésotérisme, la physique quantique, la taxidermie, la spéléologie et plus encore. Elle est une bibitte attachante et sociable, autant attirée par les chiens que par les humains (dans l’ordre).

Mathieu est l’incarnation de l’entrepreneur et de l’artiste aux idées grandioses. S’il a été une des impulsions premières pour la réalisation de La Cenne, Mathieu a participé à la création de nombreux autres projets des plus inspirants avec la Coop les ViVaces. Comme codirecteur artistique de cette coop, également comme comédien et créateur, il s’inspire des défis collectifs contemporains pour créer autant des spectacles que des installations et des ateliers.

Alain Chevarier est un artiste multidisciplinaire qui est entre autres réalisateur, bédéiste et peintre. Il travaille présentement sur des capsules vidéo pour la SODEP.

Nous lui avons demandé ce qui l’inspire et voici ce qu’il nous a répondu : « Les traumatismes. Parce que les restes des traumas resurgissent spontanément, ils font partie de nous, mais ne viennent pas de la naissance. Ils sont nous et autres à la fois. »

Vous pouvez voir ses réalisations pour la SODEP ici.

Nathalie Derome de la compagnie Des mots d’la dynamite, est directrice artistique et générale, mais brille aussi sur scène en tant que créatrice.

« Je ne pense pas que la créativité ait de recette. C’est l’espace dans le cerveau où on oublie qui on est et où tout est possible ! Mais un des ingrédients de la créativité serait l’insouciance et l’attachement à l’humanité. Je crois naïvement que l’art change les gens en les rendant plus humains et améliore la qualité de vie. »

Pour en savoir plus sur Nathalie et sur Des mots d’la dynamite, vous pouvez consulter les liens suivant :

Des mots d’la dynamite
Facebook

Abeille Tard est scénariste.

Abeille travaille à titre de réalisatrice, directrice photo et monteuse, que ce soit par le biais de la fiction, du portrait, du documentaire ou de la vidéo corporative. Elle scénarise et réalise également ses propres courts-métrages qui sont diffusés dans différents festivals à travers le monde. Elle travaille actuellement au développement d’un long-métrage documentaire. Abeille a aussi enseigné le cinéma aux adolescents. Ses projets posent un regard sensible sur l’humain.

À La Cenne, elle est la référence pour les locations de nos espaces, le lien entre les différents membres et une force tranquille fort appréciée.

Pour les curieux, vous pourrez découvrir ses projets ici : http://www.abeilletard.com/

Amélie Fortin est pianiste et photographe. Elle enseigne le piano à une vingtaine d’élèves, fait partie du Duo Fortin-Poirier depuis maintenant 13 ans et est également musicienne pour Pierre Lapointe.

« Ce qui m’inspire ce sont les gens avec qui je travaille. J’aime ça partager mes idées avec mes collègues, pas juste dans ce que je fais mais aussi par rapport aux autres formes d’art, je trouve ça super intéressant ! Je vais souvent au musée, j’écoute des documentaires sur d’autres artistes et l’art visuel m’intéresse aussi beaucoup. Ici à La Cenne j’ai l’impression d’aller au travail et d’avoir des collègues de bureau… Ce que je n’ai jamais eu dans ma vie de travailleure autonome. C’est merveilleux !

Je trouve que l’art rend la société meilleure. C’est important de valoriser ce qu’on fait, il y a tellement de créativité au Québec et tellement de talent ! C’est essentiel de faire rayonner ça autant ici qu’à l’étranger puis malheureusement, notre gouvernement n’est pas toujours de notre bord à ce niveau là, mais je trouve qu’il devrait vraiment y avoir plus d’éducation pour les enfants et surtout pas couper l’art dans les écoles, parce que c’est ce qui fait que les gens ont une sensibilité et une ouverture sur le monde. »

On vous invite à suivre Amélie sur Instagram pour voir ses photographies et ses actualités.

Stéphanie Lang est artiste et travaille aussi dans le domaine de la santé. Son espace à La Cenne lui permet de dédier du temps à l’art. Côté artistique, elle fait notamment de la création musicale, de la scénarisation et de la poésie. Lorsque sa petite cocotte l’accompagne, elle remplie La Cenne de joie !

« Faire de l’art, c’est passer le monde et les pensées qui nous entourent dans notre petit collimateur pour en faire sortir quelque chose d’intrigant, sonore ou lumineux, qui fera peut-être léviter le cerveau autour de nouveaux centres de gravité. »

Alexandre Leblanc fait de la réalisation, du montage, de la scénarisation et de la prise de son. Les récents projets cinématographiques sur lesquels il a travaillé sont Prank (2016) de Vincent Biron et Jeune Juliette (2019) d’Anne Émond.

« J’aime beaucoup amener un côté comique, le côté absurde de la vie et faire rire les gens avec mes films. Une autre chose qui m’intéresse c’est d’explorer, d’expérimenter. C’est comme une science : tu fais des expériences et tu regardes ce qui marche, ce qui marche pas. C’est aussi important de comprendre la musique parce que le montage, c’est le rythme ! »

On vous invite à suivre sa chaîne Vimeo.

 

Sophie Lecathelinais travaille comme coordinatrice générale de l’ACT (Association des Compagnies de théâtre). À titre de gestionnaire culturelle, elle se qualifie comme : « un maillon nécessaire pour que les autres puissent accéder à la création. Je ne fais pas partie des créateurs, mais de tout un ensemble qui contribue à la naissance de l’œuvre. »

« L’art est important parce que c’est une nécessité dans le sens littéral du terme « ne peut pas ne pas être ». Tout est création dans la vie, c’est une évidence, l’art est partout. Donc tant qu’à faire, autant participer à l’amorcer, la développer et la transmettre. Pour cela, il faut qu’il y ait des fois des professionnels comme moi pour le faire. »

Pour plus d’informations sur l’ACT, consultez leur site web.

Cofondateur de La Cenne, Pierre est un passionné de musique et est également comédien. Lorsqu’il est dans son atelier à La Cenne, il travaille sur des boîtes à musique qu’il bâtit lui-même de A à Z.

Il nous dévoile la recette gagnante d’un espace convivial comme celui de La Cenne : « Quand on construit quelque chose en groupe, ce qu’il faut d’abord réunir, c’est les mêmes désirs. Si tout le monde a les mêmes désirs et aussi la même attitude par rapport aux projets, et donc à la vie, ça fonctionne ! »

Elena Radeva est illustratrice et graphiste utilisant la technique du letterpress.

« J’aime à croire que la perfection se situe dans les détails. Mes voyages me permettent d’observer le quotidien avec un œil nouveau et de retranscrire tout ceci de manière graphique, par le biais du dessin. Les espaces, le mobilier urbain, les détails de construction deviennent alors des formes géométriques qui s’agencent avec harmonie sur le papier. L’impression letterpress (impression par embossage sur le papier) vient ajouter une expérience sensorielle aux dessins afin de stimuler les sens. »

Vous pouvez suivre le travail d’Elena sur Facebook.

Geneviève Simard est scénariste et travailleuse culturelle chez Des mots d’la dynamite. Son dernier film, Sashinka, est paru à l’automne 2018.

« J’aime des arts, en particulier de la littérature et du cinéma, qu’ils m’enseignent à plus de profondeur et d’humilité. Lorsqu’on accompagne pendant 300 pages des personnages complexes, il devient difficile de tourner notre regard vers le monde (et vers nous-mêmes !) et de penser que les choses sont simples et s’expliquent facilement. Les mille et une nuances du comportement humain me fascinent au plus haut point ! J’essaie de toujours garder cela à l’esprit lorsque je crée des personnages. »

Design par Laurent Pinabel / Programmation par Physalis Design